Français English
 

Objectifs
  Prestations
     
  Equilibrer les rations

Que vos chevaux disposent d’une alimentation industrielle (granulés ou floconnés) ou d’une alimentation traditionnelle (céréales, tourteaux..), il est possible que leurs rations soient déséquilibrées. Ces déséquilibres, plus ou moins importants seront d’autant plus préjudiciables, que la charge de travail sera intense.
Les principaux paramètres à prendre en compte seront :
  • les apports protéiques
  • le rapport phosphocalcique (Ca/P), pouvant avoir un retentissement sur le statut ostéo-articulaire de l’animal
  • les apports en Magnésium
  • le rapport Zn/Cu
  • les apports en anti-oxydants (vitamine A, vitamine E, vitamine C et Sélénium)
  • les apports en Fer et vitamine D, trop souvent surestimés
L’étude de la ration et la correction d’éventuelles erreurs nécessitent une analyse physico-chimique de vos fourrages, dont l’apport en minéraux et oligo-éléments est variable suivant les régions et les pratiques de culture.
  Optimiser la composition corporelle
La mesure échographique de l’épaisseur du coussinet adipeux de la base de la queue permet d'estimer le pourcentage de graisse corporelle du cheval étudié. Cette valeur associée à l’estimation du poids divise la masse de l’animal en :
  • masse grasse (représentant la masse du tissu adipeux)
  • masse maigre (représentant la masse musculaire, la masse osseuse et la masse viscérale)
Une composition corporelle optimisée aura les caractéristiques suivantes :
  • une masse grasse contrôlée
  • une masse maigre conséquente (ie une masse musculaire développée)
Une masse grasse trop importante pourra être à l’origine de troubles ostéo-articulaires, tandis qu’une masse grasse trop diminuée sera à le signe d’un épuisement progressif.

L’optimisation de la composition corporelle sera liée d’une part au travail demandé quotidiennement au cheval et d’autre part à l’apport énergétique de la ration distribuée.
  Lutter contre les ulcères gastriques

Depuis la démocratisation de la gastroscopie, les professionnels sont sensibilisés à l’importance des ulcères gastriques chez les chevaux de course et de sport.

Les ulcérations gastriques sont largement favorisées par une alimentation inadaptée.

Différentes mesures peuvent être prises pour baisser efficacement et durablement la prévalence de cette affection au sein d’une écurie, et ainsi éviter un recours trop important aux molécules anti-acides (oméprazol, cimétidine…) dont le coût est élevé.
  Lutter contre les myosites récidivantes

Les myosites répétées au sein d’une écurie peuvent trouver leur origine dans une mauvaise distribution des aliments les jours de repos, une mauvaise gestion de la récupération et/ou dans des erreurs nutritionnelles graves.

Une prise en charge globale doit être menée en collaboration avec votre vétérinaire traitant pour cibler le plus justement possible vos besoins.
  Maîtriser les coûts liés à l’alimentation

L’alimentation (avec la complémentation minérale et vitaminée) est un poste de dépense important pour une écurie.

L’objectif principal n’est pas de réduire drastiquement les dépenses mais d’investir en connaissance de cause et en adaptant le plus possible vos dépenses au besoin de vos chevaux.

Des économies faites sur les aliments peuvent être utilisées à bon escient dans la complémentation et inversement….
 
  Suivi régulier

La prise en charge d’une écurie ou d’un cheval en particulier sur une période longue permet, non seulement, d’équilibrer les rations et de fournir au propriétaire une solution nutritionnelle adaptée à ses besoins, mais aussi de guider progressivement les chevaux vers une composition corporelle idéale et de maintenir celle-ci tout au long de la période de compétition.

Ce suivi, abordable et complet, sera mis en place en collaboration avec votre vétérinaire traitant pour assurer la cohérence des soins apportés aux chevaux.
  Aide ponctuelle

Dans le cas de l’apparition d’un problème nutritionnel majeur au sein d’un effectif, une aide ponctuelle à la résolution de cette difficulté peut être mise en place.

L’étude alimentaire sera identique à celle entreprise lors d’un suivi régulier. Des visites de contrôle à plus ou moins long terme pourront être envisagées selon vos besoins.

Les difficultés motivant une étude alimentaire peuvent être :
  • contre performance
  • suspicion d’ulcères gastriques
  • myosites récidivantes
  • problèmes ostéo-articulaires réguliers
  • prévalence importante de lésions d’ostéochondrose à l’élevage
  • obésité
  • ...
 
© Charles Barré 2017 - Nutrition Equine
Crédits photos Agence Dollar & Charles Barré


Réalisation Safran Communication