Blog Featured Image

Faut pas sans fer... mais pas trop quand même!

Résumé

résumé

Texte

Certains mythes ont la vie dure... Celui-ci particulièrement. Vous avez certainement entendu parlé une fois au moins de supplémentation en fer pour un cheval anémié, vous avez même peut être cherché un produit magique contenant du fer pour augmenter le nombre de globules rouges de votre fidèle destrier et ainsi le faire courir plus vite ou plus longtemps... ERREUR!

La carence en fer chez le cheval n'existe quasiment pas. En effet les besoins quotidiens pour cet oligo-élément sont assez faibles (de l'ordre de 500 mg par jour pour un cheval ayant une activité importante) et sont couverts sans difficulté par le fourrage consommé. La teneur des foins en fer est bien entendu variable mais exceptionnellement inférieure à 50mg/kg. 10 kg de foin suffisent donc à couvrir le besoin maximal... Les matières premières sont elles aussi assez riches en fer comparées aux besoins.. A titre d'exemple 1 kg de luzerne déshydratée (souvent utilisée dans les aliments industriels) apporte 315 mg, 1 kg d'avoine 100 mg et 1 kg d'orge 150 mg. Construire une ration carencée en fer est donc quasi impossible! Observer des rations qui présentent un excès martial de 500 à 1000% est assez fréquent!

Mais d'où vient donc cette légende rurale?! De l'analogie avec l'athlète humain et surtout avec la femme athlète. Les femmes sont très souvent carencées en fer car leurs menstruations constituent une perte nette, leur régime alimentaire n'est pas toujours riche en viande et nous passons nos journées à boire café et thé qui entravent l'absorption de cet oligo-élément. Certes votre cheval ne mange que très rarement de la cote de bœuf mais vous m'accorderez qu'il est assez peu présent à la machine à café et que la jument n'a pas de perte de sang durant ses chaleurs. En bref ce qui est valable pour un omnivore n'est pas toujours valable pour un herbivore.

A contrario, le fer est un oxydant majeur qui pourra réduire les capacités de récupération, un facteur abaissant l'absorption du cuivre et du zinc, et un facteur de croissance bactérien important (une des défenses non spécifiques de votre organisme mais aussi de celui de votre cheval est d'aller capter le fer présent dans les tissus affectés par un développement bactérien indésirable pour limiter la progression de l'infection). 
Supplémenter une ration fer peut donc se révéler assez néfaste, d'autant qu'il est très difficile de l'éliminer une fois présent dans l'organisme.

Sans rentrer trop dans les détails, en cas d'anémie chez le cheval il convient plutôt de se poser la question de la perte sanguine (parasitisme, ulcères gastro-duodénaux, saignements pulmonaires..) que de se jeter sur l'hypothèse d'un défaut de production de globules rouges.

Voila, c'est dit!

A bientôt.

Dr Charles BARRE